Pardini GP-Schumann
Calibre: .22 short
Magasin: 5 coups
Longueur: 300 mm
Hauteur: 130 mm
Largeur: 49 mm
Longueur canon: 100 mm
Longueur visée: 285 mm
Type du canon: 6D x 450 mm
Poids: 1100 gr Stand de tir de Saint Georges
300m: 12 cibles électroniques
50m PC: 24 cibles avec rameneurs
50m: 18 cibles avec rameneurs
25m: 3 chariots de 5 cibles
10m: 22 cibles électroniques   PISTOLIERS GENEVOIS
Association fondée en 1999
Sous-section des Exercices de l'Arquebuse et de la Navigation

Nom choisi par les fondateurs avec une très grande émotion en souvenir de nos ancètres les Pistoliers, ces Hommes d'Armes qui étaient armés d'un ou de deux pistolets à rouet. (appelés aussi Pistoletiers)
Impression | Membre 
     Nouvelles
Sous-section
Généralités
 Calendrier des tirs
 Emplacement des stands
 Visite de St Georges
 Dispositions générales
 Législation Suisse
 Doping
 Règlements ISSF
 Règlements ASGT
 Armes d'ordonnance
 Records
 Petites annonces
 Bourse EAN 2014
Technique
 Rubrique des Pistoliers
  Introduction
  L'entraînement
  Le mental
 Technique du tir
 Rubrique technique
 Humour
 Test de munitions
 Statistique PSPC
 Manuels pistolets
 Ecole de tir
Pistoliers
Recherche de résultats
Résultats 2018
 50m
 25m
 10m
 300m
 PC
 C10
 PN
Archives
Forum
Divers
 Jeux et distractions
Liens
Administration
 Liste de diffusion
 Statistiques

"Le mental"

Avant toute chose et afin qu'il n'y ai pas de malentendus, je tiens à préciser que tout ce qui va suivre n'engage que moi, que c'est uniquement le point de vue de plusieurs tireurs et que tout cela n'est fondé sur aucune étude psychologique, psychiatrique ou je ne sais quoi.

Pour pouvoir définir ce que nous appelons le mental il faut se faire à l'idée, que toute action est commandée de manière consciente ou inconsciente par notre cerveau. Tout geste est d'abord analysé (pensé) par notre système nerveux, puis transmis aux muscles afin d'accomplir une action donnée. Entre notre volonté d'accomplir un geste et la réalisation de ce geste, le cerveau enregistre l'ordre, l'analyse et le transmet.

Ce qui nous intéresse dans notre sport, c'est comment le cerveau analyse l'ordre qu'il reçoit et de quelle manière il le transmet.

Le cerveau humain est un organe très performant (en principe) qui dans sa partie consciente est capable de prouesses intellectuelles incroyables, de pensées très construites, sélectives et faisant appel à la logique. Mais ce même cerveau, dans sa partie inconsciente agit de manière primitive en se basant essentiellement sur l'instinct animal en se référant à des expériences vécues positivement ou au contraire ressenties comme fortement négatives. Ainsi l'exécution d'une action consciente peut être influencée de manière positive ou négative par notre inconscient.

Exemple : Un tireur apparemment bien concentré commence par quelques visées, tire ses coups d'essais, puis décide de commencer son match. Alors que jusqu'à ce moment tout se passait bien, maintenant la vue se trouble, le bras tremble, il hésite et le départ du coup devient difficile, c'est l'horreur ! Sueurs froides, mains moites, mauvaises pensées, tremblements, augmentation du rythme cardiaque etc, ce sont les symptômes de l'anxiété.

 L'état d'anxiété est l'état émotif, qui conduit le tireur à mal interpréter les situations qui ne sont pas dangereuses en réalité et à y répondre avec un niveau de stress disproportionné par rapport au danger réel.

Le mot stress qui est souvent utilisé comme synonyme d'anxiété, est vécu de manière différente par chaque tireur.
Certains tireurs ont besoin d'un peu de stress pour bien tirer, ce sont des individus qui aiment les défis et qui ont une grande confiance en soi. D'autres, la peur de mal faire ou l'importance qu'ils donnent au concours va les bloquer. Ils ont alors beaucoup de peine à se concentrer sur la technique de tir et le doute s'installe en eux de manière plus ou moins définitive.

Ceci étant dit, il est possible de lutter contre l'anxiété en appliquant strictement les règles suivantes.

Tout d'abord et ceci pour en finir avec l'alibi qui consiste à dire que c'est la faute au mental, il faut posséder une bonne technique de tir, entretenue par un entraînement régulier. Ensuite lors d'un concours il faut mettre la barre à une hauteur dont on est capable de sauter (il ne faut pas rêver).
Ensuite vous ne devez rien laisser au hasard, ni en ce qui concerne la préparation, ni dans l'exécution même de l'épreuve. Votre esprit doit être en permanence occupé à contrôler et exécuter les gestes appris techniquement à l'entraînement (séquence de tir). C'est la raison pour laquelle l'entraînement ne doit en rien être différent de la compétition. La concentration et l'application doivent être de même intensité. Une séance d'entraînement sans une forte concentration, de la part du tireur, ne sert à rien. Rigoler à l'entraînement c'est bon pour le moral, mais très mauvais pour la concentration.

Maintenant si malgré toute la bonne volonté du monde les problèmes de stress persistent, il faut apprendre à tirer avec ou se tourner vers des méthodes reconnues telles que la sophrologie, le training-autogène etc.


Amicalement.
Fausto Mingolla. 14 mars 2002