Feinwerkbau P34
Calibre: 4.5 mm
Propulsion: air comprimé
Longueur: 405 mm
Hauteur: 140 mm
Largeur:
Longueur canon: 233 mm
Longueur visée: 350 mm
Poids: 1100 gr
Poids détente: 500 gr
Vitesse initiale: 145-155 m/sec
Pression cylindre: 200 bar Stand de tir de Saint Georges
300m: 12 cibles électroniques
50m PC: 24 cibles avec rameneurs
50m: 18 cibles avec rameneurs
25m: 3 chariots de 5 cibles
10m: 22 cibles électroniques   PISTOLIERS GENEVOIS
Association fondée en 1999
Sous-section des Exercices de l'Arquebuse et de la Navigation

Nom choisi par les fondateurs avec une très grande émotion en souvenir de nos ancètres les Pistoliers, ces Hommes d'Armes qui étaient armés d'un ou de deux pistolets à rouet. (appelés aussi Pistoletiers)
Impression | Membre 
     Nouvelles
Sous-section
Généralités
 Calendrier des tirs
 Emplacement des stands
 Visite de St Georges
 Dispositions générales
 Législation Suisse
 Doping
 Règlements ISSF
 Règlements ASGT
 Armes d'ordonnance
 Records
 Petites annonces
 Bourse EAN 2014
Technique
 Rubrique des Pistoliers
 Technique du tir
 Rubrique technique
 Humour
 Test de munitions
 Statistique PSPC
 Manuels pistolets
 Ecole de tir
Pistoliers
Recherche de résultats
Résultats 2018
 50m
 25m
 10m
 300m
 PC
 C10
 PN
Archives
Forum
Divers
 Jeux et distractions
Liens
Administration
 Liste de diffusion
 Statistiques

Statistique pistolet de sport cal. 22lr / PSPC

A moins d'avoir un coup de foudre pour un modèle bien précis, il est toujours difficile pour un débutant de choisir un pistolet de compétition, avec lequel il s'entraînera et participera à ses premiers concours. C'est dans ce but, que j'ai mené une petite enquête sur les différents pistolets utilisés par la grande majorité des tireurs compétiteurs, qui participent pour la plupart, aux championnats Genevois, Suisses et pour certains, au championnat de France.

Tout d'abord, il faut savoir que ce que l'on appelle PSPC en Suisse, n'est autre que le pistolet standard ou le pistolet sport dames dans le reste du monde. En plus la discipline 25m la plus pratiquée dans notre joli pays, "le combiné 22", se tire avec des détentes réglées à 1360 grammes pour les hommes au lieu de 1000 grammes pour hommes/femmes, comme partout ailleurs. Il faut dire que ces pistolets sont aussi beaucoup utilisés à la distance de 50m, pour effectuer des concours de groupes, tirs cantonaux, fêtes de tir etc. qui sont des compétitions spécifiques à la Suisse et en majorité dérivées des programmes militaires.

Ceci dit, l'enquête portait sur l'aspect pratique des armes utilisées, la fiabilité, les pannes, les casses. Chaque tireur a été questionné sur les côtés positifs et négatifs qu'il trouvait à son pistolet et dont vous trouverez ci-joint la synthèse.

En pratique, il existe deux grandes catégories de pistolets "PSPC". Le 1er type avec le chargeur devant le pontet de détente et le 2ème type avec le chargeur logé dans la poignée. L'avantage principal pour le 1er type, est la possibilité d'incliner la poignée selon un angle beaucoup plus ouvert et obtenir ainsi une pente de crosse idéale. Le 2ème type de pistolet dispose d'un canon nettement plus long et l'arme est en général plus compacte.

Par ordre d'utilisation sur 52 compétiteurs genevois les pistolets les plus utilisés sont :

MARQUEMODELENOMBRE%
UniqueDES 69917,3 %
HämmerliSP 280713,4 %
HämmerliSP 20713,4 %
WaltherGSP611,5 %
Fas60259,6 %
BenelliMP 9059,6 %
FeinwerkbauAW 9347,7 %
PardiniSP47,7 %
Hämmerli21535,7 %
MoriniSP23,8 %

Le nombre de cartouches tirées par année est en moyenne:

42 % des tireurs entre 1000 et 4000 cartouches
38 % des tireurs 5000 cartouches
20 % des tireurs plus de 5000 cartouches

Les cartouches les plus utilisées :

45 % des tireurs utilisent la CCI standard
20 % des tireurs utilisent la ELEY club (rose)
20 % des tireurs utilisent la RWS pistol match (verte)
15 % des tireurs utilisent ELEY (divers), SK standard, Fiocchi, Swarlip etc.

Les pannes et les casses les plus fréquentes.

Tous les tireurs interrogés ont avoués avoir eu une fois ou l'autre des petites pannes, à l'entraînement ou pendant un match, ceci n'est pas très grave dans la mesure ou cela n'arrive pas trop souvent.

Sur les pistolets de compétition, les pannes les plus fréquentes se situent au niveau de la percussion et de l'alimentation. Tous ont eu une fois ou l'autre, ce genre de petites pannes d'utilisation. Cela est dû en général au percuteur usé, au ressort du chien un peu faible (FAS 602), mais aussi à la crasse qui s'accumule sur la face arrière du canon et à l'entrée de la chambre (Hämmerli 280) et, qui empêche la cartouche de bien se positionner.

Il est clair qu'une arme de match doit être nettoyée régulièrement, surtout au vu du nombre impressionnant de cartouches tirées par certains tireurs. Parfois c'est la cartouche elle-même qui est responsable de la panne, car sur les cartouches à percussion annulaire l'amorçage n'est pas toujours très régulier, surtout pour les munitions bon marché. Parfois, c'est la graisse trop abondante autour de la balle qui se fige par temps froid et empêche le bon fonctionnement de l'arme.

Les ruptures des petites pièces du genre extracteur (Benelli MP90), percuteur (Fas 602, Unique DES 69, Hämmerli SP20, Pardini SP,Walther GSP) ou différents ressorts fatigués ou cassés (Walther GSP, Hämmerli 215), ce sont des casses d'usure, qui en définitive sont rapidement et facilement réparables par le tireur.

En revanche suite à ma petite enquête, il s'avère que plusieurs grosses casses se sont produites sur certains modèles. Plusieurs "Hämmerli SP 20" ont subi une rupture de culasse, du couvre-culasse, de la vis de l'amortisseur de recul etc. Résultat, le pistolet est inutilisable pendant plusieurs jours. Heureusement il faut noter que le service après vente de chez Hämmerli est parfait, les pièces sont changées gratuitement et dans les plus brefs délais.

A signaler également une culasse cassée sur un "Feinwerkbau AW 93", qui est pourtant réputé pour être le pistolet le mieux fini, fabriqué dans la plus pure tradition et avec les meilleurs aciers.


PETIT TOUR DE "STAND" SUR LES PISTOLETS UTILISES PAR LES 52 TIREURS INTERROGES.


FAS 602

Ce pistolet est un classique. Il y a quelques années c'était de loin le PSPC le plus utilisé par les compétiteurs. Il est très bien équilibré avec une pente de crosse idéale. Il est réputé pour être facile à tirer et aussi pour avoir pas mal de pannes de percussion, qui sont faciles à éliminer en remplaçant le ressort du chien qui se trouve situé dans la platine démontable. C'est sur ce pistolet que les premières détentes à double bossette sont sorties, ensuite toutes les autres marques ont adopté le système. Avec sa longueur de canon de 150 mm la précision du Fas est irréprochable.



HAMMERLI 215

Le 215 est la version simplifiée du "208 International", qui a fait la gloire de la marque pendant de très nombreuses années. Entre les deux modèles, seule la finition extérieure change, ceci afin de baisser le prix de fabrication et ainsi satisfaire un grand nombre de tireurs Suisses. Modèle classique avec magasin dans la poignée, pente de crosse peu inclinée et canon long 150mm. Il n'est plus fabriqué.




HAMMERLI 280

Premier modèle de la marque sortant des sentiers battus, employant des matériaux composites pour la carcasse. Le 280 à fait ses preuves en tant que modèle très fiable et s'adaptant à tous les goûts des tireurs, avec beaucoup de possibilités de réglage. L'équilibre général peut être modifié à volonté grâce à 3 contrepoids sous le canon et beaucoup d'autres accessoires sont disponibles, exemple : queue de détente profilée, sous-canon coloré, poignée bois ou Hi-Grip etc. Malheureusement il n'est plus fabriqué.



HAMMERLI SP 20

Le dernier né de la firme, construit sur les bases du 280 avec une carcasse en matériaux composites et un couvre-culasse en alliage d'aluminium livrable en plusieurs couleurs à choix.
De conception moderne, avec des appareils de visée très bas sur la main, un guidon à trois faces permettant ainsi par simple pivotement d'avoir trois largeurs différentes, une très bonne détente, et un large choix de grandeurs de poignée. Un seul point noir, parmi les 7 pistolets essayés, trois ont eu des grosses casses.



UNIQUE DES 69

Malgré la disparition de l'usine Unique, le DES 69 (dans ses diverses variantes) est encore le pistolet le plus utilisé parmi les tireurs interrogés. De conception assez ancienne, il à été constamment modifié et amélioré pour aboutir à sa version définitive avec le dernier modèle "DES 69 U". Il est construit de manière intelligente, avec de grandes possibilités de réglages au niveau de la détente, avec un fonctionnement irréprochable (sauf un modèle" Boosté "que je connais) et très peu de pannes ou casses connues. Malheureusement plus fabriqué.



WALTHER GSP

On aime ou on déteste ! Ce pistolet est un classique de la discipline, de conception ancienne depuis sa sortie il a été constamment amélioré. Il est construit dans de très bons aciers, mécaniquement un peu compliqué, il possède néanmoins plusieurs atouts avec ses platines interchangeables et ses conversion 22/32. Les derniers modèles de la firme, ont une belle poignée en bois lamellé-collé bicolore qui donne un peu d'élégance à ce pur produit prussien. Dans tous les cas, ceux qui l'utilisent ne jurent que par lui. Ces tireurs préfèrent sûrement Wagner à Verdi enfin… c'est leur droit car le Walther GSP est un excellent pistolet.



BENELLI MP 90

Voici un pistolet de conception moderne, construit tout en acier, avec une excellente finition, une platine démontable sans outils, réglages faciles et nombreux, axe du canon et organes de visée très bas sur la main, très bonne pente de crosse, très stable au tir, avalant n'importe quelle munition, peu ou pas de casse et de dérangements, il est parfait. Evidemment tout le monde a compris que c'est le pistolet que j'utilise et donc que je considère comme le meilleur, en plus j'adore Verdi.



FEINWERKBAU AW 93

Pistolet de fabrication moderne mais de conception ancienne, ce PSPC peut être comparé en plusieurs points au Hämmerli 208/215 dont il a l'allure générale, avec sa pente de crosse peu prononcée sa fabrication sans reproche et son excellente finition. La fiabilité reste à prouver à l'usage, car sur les 4 pistolets testés, un seul tiré plus de 5000 cartouches et malgré cela un exemplaire a déjà subi une cassure de sa culasse.



PARDINI SP

Avec quelques petites modifications (surtout au niveau de l'esthétique ) par rapport au modèle précédent, ce pistolet connaît un renouveau certain, plusieurs tireurs l'ont adopté. Cela est peut-être dû au succès international des pistolets Pardini, avec plusieurs titres olympiques et Mondiaux, dans les disciplines 25m/VO, 10m PAC et 50m libre. Ce pistolet est très bien équilibré, fonctionne bien avec toutes les munitions. Quelques petites casses au niveau des percuteurs et des réglages de détentes qui ne sont pas stables, au dire de certains utilisateurs.



MORINI SP

Deux seuls modèles ont été essayés, le pistolet est très stable au départ du coup, très bas sur la main et de conception moderne, il fonctionne beaucoup mieux que son prédécesseur qui avait beaucoup de pannes à cause de son magasin tubulaire. Ce pistolet à tous les atouts pour devenir un des meilleurs PSPC du marché, à surveiller à l'usage.




CONCLUSION

En définitive le choix d'un pistolet PSPC n'est qu'une affaire de coup de cœur, d'esthétique ou d'un conseil (pas toujours avisé) d'un camarade de jeu. A mon avis, un tireur qui désire acheter un nouveau pistolet de compétition ou changer de modèle, devrait d'abord en essayer plusieurs, avant de faire son choix. En principe quand on choisit un PSPC c'est pour plusieurs années, on a donc intérêt à ne pas se tromper, car si au niveau des prix et des performances, en gros tous se valent, ils ne nous conviennent pas forcement tous.


Fausto Mingolla. juillet 2004